Au fur et à mesure que la ville se développa, le ruisseau fut enterré ; il avait disparu, mais n’était pas complètement oublié. En 2010, un groupe de voisins se réunirent pour ré-imaginer leur communauté de nouveau traversée par un ruisseau. Le concept d’un jardin urbain pluvial ou, dans ce cas, d’un passage pluvial – se sert du ruissellement des eaux pluviales pour recréer des écosystèmes plus naturels dans des zones urbaines.

Ce qui avait commencé par une simple discussion donna lieu à des célébrations, des parades et des ateliers. Une peinture murale ravissante représentant des eaux remplies de saumons et réalisée par des artistes du quartier, semble tomber en cascade sur la route. La Vancouver Society of Storytelling aida à construire un banc de conteur à la « source » de la peinture du ruisseau.

Puis, en 2016, le St. George Rainway Project fut reconnu comme étant partie prenante dans le plan de gestion des eaux pluviales de la ville de Vancouver – un important pas en avant pour tous les partenaires et bénévoles impliqués dans le projet. Il se trouve que le concept poétique qui était de revitaliser un cours d’eau de quartier est aussi ancré dans des pratiques de gestion des eaux pluviales progressistes.

La Ville de Vancouver s’engage à utiliser comme ressource les précipitations abondantes de la côte ouest dont elle bénéficie. Dans le cadre de son Initiative de ville la plus verte, le but est de capter et de traiter en moyenne 90 pour cent des précipitations à l’aide d’outils d’infrastructure verts et de directives de design pour les espaces publics et privés.

Selon, Shahira Sakiyama, gardienne du passage pluvial St. George, le travail pour l’engagement communautaire continue en même temps que des projets plus officiels comme le développement de l’infrastructure et la collaboration avec la Ville. La création du passage pluvial a établi des liens avec des évènements annuels, comme les Mount Pleasant Days et l’école élémentaire voisine de Mount Pleasant. En somme, cela « crée vraiment un sentiment d’appartenance au sein de la communauté », affirme Shahira Sakiyama, « spécialement pour les enfants ».

www.rainway.ca.

Si les gens ont le pouvoir de remodeler une ville, alors le te Statlew parle à tous ceux qui veulent bien s’arrêter et écouter. À partir du banc du conteur, le ruisseau coule toujours vers le nord sous la rue Broadway, jusqu’au terrain de l’école élémentaire Mt. Pleasant. La route descend doucement vers la 6e avenue. À partir de là, la pente est plus forte et on peut entendre l’eau qui se précipite dans les collecteurs d’eau pluviale – surtout après une période de pluie. Aussi surprenant que cela puisse paraître, cela nous rappelle que le ruisseau continue de couler sous nos pieds après si longtemps et malgré les changements et l’aménagement urbain.

Pour en apprendre davantage sur le passage pluvial St. George ou pour participer à cette initiative communautaire, visitez www.rainway.ca. Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur le plan de gestion des eaux pluviales de la ville de Vancouver à : http://vancouver.ca/home-property-development/city-wide-integrated-stormwater-management-plan.aspx